DE AÏN-ZELTEN A BAB GUISSA PAR ‘ATTARINE ET ZQAQ ROMMANE

On y parvient en passant devant Bab Mahrouk .Là-haut,sur la colline ,nous voyons Borj Nord .Prenons la pente abrupte qui descend à notre droite .C’est la nouvelle percée que certains se plaisent à nommer aujourd’hui Bab ‘Aïn-Zleten.Or selon les historiens,la ville n’a pas connu de porte de ce nom .On laisse remonter la rue qui mène au grand parking-(tout un pan du quartier Tala’ a disparu)-et on continu à descendre jusqu’à une petite place .De cet endroit,où s’élève le minaret de Jama’ ‘Aïn-Zleten,commence notre promenade de plus de trois heures.

Face à la mosquée, derb ‘Aïn-Zleten nous mène au bout de la rue sur deux petites tanneries côte à côte .Il faut se boucher les narines,faire attention à ses habits,mais le spectacle en vaut la peine !
Quittons les tanneurs pour derb Bouhaj qui dévale sur Tala’ Kbira ; nous avons à droite Jama’ derb Bouhaj et à gauche Jama’ Ghizlane .Nous remontons Tala’ Kbira à droite pour la quitter quelques mètres plus loin .

Engageons-nous à gauche sur derb el-Horra, rue des belles demeures, qui relie les deux Tala’.
Nous avons à notre droite, juste après une coudée le merveilleux Riad du qaïd Ba Mohamed Chergui.Cette immense demeure, reproduit dans l’un de ses patios un labyrinthe de jardiniers en zellij fins autour d’un bassin octogonal .Les jardiniers, tantôt en croix tantôt octogonales, forment dans leur ensemble une des figures du zellij traditionnel fassi «lamtamman» (en huit).Cette demeure du XVIIIe s.qu’il faut essayer de visiter, a un besoin pressant d’être restaurée.

On continue sur derb el-Horra jusqu’à Tala’ Sghira que l’on prend à gauche .Nous avons le Palais Mnebhi ou ce qui en reste.
Nous sommes sur Souiqt Bensafi, bousculades et cris, une place commerçante .
En continuant tout droit,sous «Saba» (la traboule)nous sommes sur Zqaq Lahjar qui prolonge Tala’a Sghira jusqu’à sa jonction avec Tala’a Kbira .À notre gauche,dar Moulay Slimane,est la demeure de l’unique souverain a avoir habité la Médina,(ce qui reste de cette résidence morcelée,qui donne aussi sur Zqaq Rowah,est en piteux état).Juste en face à notre droite,entre un msid,une fontaine et une petite mosquée,nous avons parmi plusieurs ruelles derb Errom(rue des Romains)qui conduit tout droit sur Oued Rchacha.
Nous descendons toujours Zqaq Lahjar .À notre droite,après une belle fontaine,une rue mène au quartier Guerniz .Un peu plus loin,sur la droite,nous avons le mausolée Sidi Kacem Berrahmoun et sa jolie porte en bois peint à dominante jaune.

Quelques pas nous séparent de Hanout Nbi (littéralement : la boutique du Prophète), une échoppe fermée dont les vantaux traditionnels sont en bois délicatement peints.
Tout de suite à droite, quelques marches, presque en colimaçon, descendent vers Nejjarine .Nous continuons cette section de Zqaq Lahjar appelée aussi Dellaline (dlala=vente aux enchères) pour nous retrouver sur Tala’a Kbira que nous prenons à droite-(nous y avons fait quelques pas avant de prendre derb el-Horra)-.

Nous sommes sur Tala’a Kbira au niveau de ‘Aîn-Allou,puis Msamriyine,puis Chkayriyine avant de croiser Jouteya à gauche(par Jouwayine ou Guezzarine)et Fekharine à droite.L’artère de Tala’a Kbira porte successivement les noms des corps de métiers qu’elle abrite(tresseurs de paniers,bouchers,fabricants de chaussons,de tamis,de sacs,forgerons,quincailliers,etc…)

Laissons Souk l’Hanna  et Mjadliyine, une des entrées au mausolée Moulay Idriss , et entamons la plus commerçante des rues de toute la Médina : ‘Attarine (les parfumeurs) et ses nombreux souks .De chaque côté, les lourdes portes de cette artère sont les seules qui continuent de se refermer le soir.
Nous avons de chaque côté six entrées, les unes pour la Kessaria et les autres pour les cinq souks spécialisés qui communiquent entre eux.S’y perdre absolument !

Au bout, sur l’artère de ‘Attarine, nous arrivons face à l’incontournable medersa ‘Attarine.Apres cette visite, nous laissons la qarawiyine) droite pou prendre Rhbat Lqïs.Jama’ Nebbarine reste au coin de Zanqat Hajjama et la poste juste après Diwane(la douane et non pas le mot arabe recueil).Un peu plus loin,nous laissons à droite derb Toil et nous prenons Riad Jha pour déboucher sur Sagha .Une belle place avec ses platanes centenaires,sa fontaine à toit pontu en tuiles vertes et les porches de ses fondouq superbement décorés .De Rhbat Lqïs jusqu’à la place de Sagha, il y avait les plus grosses fortunes de Fès qui en partie se sont installées par la suite à Casablanca,«derb Omar».Nous avons laissé à droite,juste après le farrane,Souïqt Dahbane et à gauche,l’impasse qui porte le nom de Sidi Bennani.La légende lui attache le titre de chrif parce qu’il aurait sacrifié son fils pour sauver un chrif Drissi.
Le mausolée de Sidi Bennani au fond de l’impasse est aussi une école privée où de grands nationalistes ont étudié ou enseigné.

Au croisement de Qbib Naqès, laissons à droite ‘Achabine  et prenons à gauche pour remonter Noua’aryine abandonnant Jouteya et ses boutiques de légumes et de poissons .Après fondouq Labtana (une peausserie), nous sommes sur un carrefour .Avant de remonter à droite la pente de Zqaq Rommane, nous allons descendre à gauche pour voir ou visiter, au début de la rue ‘Aïn Khaïl qui revient sur Tala’a Kbira, un minaret très particulier.

Jama’ ‘Aïn Khaïl est une petite merveille avec son bassin rectangulaire de Zellij bleu et blanc et son minaret octogonal posé au-dessus de la rue.
Elle possède deux sales de prières l’une au rez-de-chaussée pour l’été et l’autre à l’étage pour l’hiver.
Nous revenons sur nos pas au carrefour pour continuer tout droit sur Zqaq Rommane (le chemin des grenades, le fruit s’entend !), en laissant à gauche ‘Aqbat Bendabbouze.Zqaq Rommane est un quartier résidentiel.
Au bout de la rue nous tombons sur derb el-‘Amer qui court des deux côtés .À gauche, la rue mène à ‘Aïn-Zleten, nous la prenons à droite en longeant le mur de l’immense Riad du pacha Tazi .Face à cette demeure, qui a ses entrées sur derb el-Kateb et derb el-‘Arsa, nous avons fondouq Labbada d’où sont visibles les peaux, mises à sécher, étendues à même le sol.

Nous avons à notre gauche derb Jama’ Bab Guissa, une rude pente qui débouche en zigzagant sur Bab Guissa .Passant devant une double-fontaine,de nombreux menuisiers,et contournons sur la gauche la medersa,la mosquée et l’immense fontaine ) préau de Bab Guissa.
En passant la porte coudée nous nous retrouvons l’esplanade en dehors des remparts là où la lumière est aveuglante.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>