DE BAB GUISSA A BAB KHOKHA PAR BINE-LAMDOUN

Nous arrivons en voiture à Bab Guissa par le grand parking face aux remparts sur Rhabt Sof (marché de la laine).

La façade de cette porte monumentale du XIIe s.en arcade surmontée de créneaux, est vraiment magnifique .En y entrant,et dès sa franche coudée pour moitié à ciel ouvert,on a l’impression d’avoir violé l’intimité d’un palais .nous voilà intra-muros .Sur la gauche,les oliviers renvoient leurs ombres sur la placette d’où part derb Zenjfor vers le palais jamaï,le plus somptueux hôtel de la ville .Tout à fait à notre droite face à un jardin clos,une énorme fontaine à trois arcs sous préau et Jama’ Bab Guissa forment l’essentiel de la place .Entre la fontaine et la mosquée,un chemin monte vers le mausolée Sidi Ali Mzali .Au coin de la mosquée,comme pour aller sur le quartier de Zqaq Rommane ,la medersa Bab Guissa fermée aux visiteurs,loge toujours des étudiants.

C’est une des rares promenades qui relie les deux ‘adoua.Nous entamerons une descente puis une ascension en passant par le plus important pont de la ville en trois heures.
Prenons derb Brad’iyine, rue de charpentiers, de menuisiers et de lainiers, qui sépare deux quartiers d’habitations, Fondouq Lihoudi et Zqaq Rommane .

Au niveau du premiers croisement, laissons Haffarine descendre droit sur la place ‘Achabine et prenons à gauche dans le quartier de Fondouq Lihoudi jusqu’au mausolée Sidi Mansour et sa grande fontaine .Puis la pente de derb el-Makkoudi en passant devant une petite galerie tenue par des jeunes qui ont le mérite d’exposer leurs œuvres .Nous continuons sur ‘Aqbat Mimouna jusqu’au carrefour.

À gauche, au niveau de la jolie fontaine, une rue mène à la nouvelle percée de ‘Arsat el-Batoul où Oued Zhoun vient d’être recouvert.
Nous allons à droite sur derb Sid Derras jusqu’à Souk Laghzal .Laissons à gauche Souk Laghzal et faisons une dizaine de pas en direction de ‘Achabine pour visiter l’Marqtane. L’entrée est une ruelle sombre et la sortie sur Souk Laghzal est un proche à la lourde porte plaquée contre le mur .La rue de Souk Laghzal(marché de la laine filée)fait une coudée en laissant Souïqt Dahbane à droite(marché des orfèvres)-les Fassis prononcent «Debbane»(des mouches)-.

Nous voilà sur la grande artère entre Sagha quartier des affaires et Blida quartier d’habitations et de sanctuaires .Laissons à droite Rhabt el-Qaïs (P.VII) et allons vers Sidi Ahmed Tijani, le mausolée le plus visité après Moulay Idriss .Le passage à Fès de la communauté musulmane d’Afrique ne se conçoit pas sans une visite à la mosquée-mausolée Sidi Ahmed Tijani.

Nous laissons derb Jiaf au coin d’une fontaine face au mausolée .Nous sommes sur la célèbre artère de Blida qui contourne le quartier du même nom .Nous laissons à droite Jama’ Lranja (nous avons une mosquée du même nom dans ‘Adoua el-Andalous) et nous continuons jusqu’aux fameuses tanneries de Chouwara en passant devant zaouïa Sidi Hammoumi et derb el-Mitter.

Cette fois la visite aux tanneries se fait par les terrasses de quelques maisons transformées en ateliers-bazars qui s’ouvrent aux visiteurs en échange d’un lèche-vitrines guidé .Sur une ou deux terrasses, on sert aussi du thé à la menthe…La vue est imprenable sur ces alvéoles de couleurs chatoyantes, la réalité du tanneur et tout autre…à saisir sur pellicule !

Juste après les tanneries nous avons le non moins célèbre derb Touil qui rejoint Rhabt Qaïs avec ses saints (Sidi Miyara, Sidi Bennani, Sidi Tijibi, Sidi Boudlama…) et ses grandes et belles demeures (dar Brihi, dar Benzakour, dar Lahrichi…).

Continuons sur derb Chouwara en laissant à droite zaouïa de Moulay Ahmed Skalli (XVIII e s.)Puis Bab Noqba (appelée autrefois Bab al-Fassil) qui mène à Seffarine et Qarawiyine par Mechatène .La rue descend vers la grande place de Lalla Yaddouna et son mûrier centenaire .Sur le mur de gauche face au pont, trône la fontaine Lalla Yaddouna .Sur le côté, Bab el-Gourna est la porte des anciens abattoirs .À droite, Qantrat Bine-Lamdoun, pont à deux arches, enjambe Oued Boukhrareb où il n’y a pas si longtemps on pouvait voir et entendre la furie des cascades.

Pour empêcher les riverains de jeter sans discernement, les responsables ont relevé exagérément les parapets bouchant ainsi la vue.
Derb Bine-Lamdoun redescend du pont sur la rive gauche .Nous avons derb Lahbiyel qui longe un moment le canal où rugit Oued Boukhrareb emportant les détruits et remonte pour rejoindre Bab Sidi Boujida .À gauche,nous avons une petite mosquée sans minaret appelée Jama’ Chouk(des épines).La pente s’accentue avec zenqat Fouah une rue zigzagante au bout de laquelle derb Sidi Youssef relie Seffah à Nekhaline .Sur la placette où commence le quartier et derb Seffah,nous devons nous retourner pour ne pas manquer la grande fontaine de derb Lamté .Un farrane et un grand fondouq font face à derb Lamté et un msid.

Un peu plus haut nous avons la zaouïa des Kettaniyine avec sa belle porte et sa paire de heurtoirs d’une finesse délicieuse .Se rappeler l’autre zaouïa des Kettaniyine dans ‘Adoua el-Qarawiyine au début de Qettanine (toutes deux du XIXe s.)Au niveau de hammam Sibbous et de Jama’ Seffah, la rue va zigzaguer tout en continuant de grimper .Nous prenons à gauche en laissant en face la large rue de Jama’ Madlous et ses marches .Puis à droite en négligeant l’entrée du quartier keddane .

Remontons la pente raide de Hmamsiyine et continuons tout droit sur Zanqat Jama’ Nouar.
Sur Hmamsiyine, nous avons toujours les grilladins de pois chiche qui donne leur nom à la rue, mais aussi fondouq Yazami et celui de Rhabt Zra’ (vente en gros de céréales).

Une indescriptible cohue se forme tous les après-midi de Rhabt Djaj (marché de volaille) à Bab khokha autour des marchands ambulants .

Après le parking non aménagé, nous laissons Souïqa remonter vers le mausolée Sidi Boughaleb, Guerouawa retourner sur derb Oued Lahriqi et Ouandou continuer vers Bab Fettouh .Nous prenons à gauche la large rue de Bab khokha, notre destination finale .La porte monumentale du IXe s. n’existant plus, les pans brisés des remparts semblent attendre, de chaque côté, qu’on les unisse à nouveau .il ne nous reste qu’à héler un taxi

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>