DE LA PLACE BATHA A BAB RCIF PAR QETTANINE ET RHABT ZBIB

Place Batha, rebaptisée place Ahmed Mekouar, est notre point de départ pour cette promenade d’environ deux heures et demie .

On laisse à droite l’unique parking de cette place assez étirée et on descend derb Sidi l’Khayat jusqu’à une placette répondant au nom populaire de «Bab dar Génénar» où se trouvent la mosquée et l’école Douh.Nous avons en face de nous dar Cheikh Tazi, actuel siège de l’association Fès-Saïss et ancienne administration du général-résident pendant le protectorat.

Prenons à droite derb Bensouda.Jusqu’à Zqaq l’Bghal, nous restons dans des quartiers d’habitations où les quelques magasins que nous rencontrons sont de fraîche date.
Au premier carrefour, laissons à droite derb Skalia qui remonte vers Douh et en face derb el-Hamiya qui s’ouvre sur Ziat et prenons à gauche ‘Aqebt Sba’ (la pente du lion).

Avant «Saba» (la traboule) où débutent les marches qui mènent à la place-carrefour,une grande fontaine se trouve face à l’impasse menant à derb Ben Arafa.
Nous sommes au croisement entre à droite Oued Sowafine et à gauche derb Sidi Mohamed Belhaj qui fait un angle droit pour contourner dar Ababou dans le quartier Siaj.
Sur cette place en arrivant, nous découvrons à notre gauche face à Jama’ Siaj, l’école coranique, msid, où le roi Mohamed V aurait fait ses débuts.

Nous prenons en face, après une coudée, cette rue entre jama’ Siaj et dar Ababou .Après cet immense Riad, nous avons sur le même côté une grande fontaine et l’ancien Majlis Baladi, le siège du premier conseil municipal du pays .Juste en face, nous laissons ce qu’on appelait autrefois Bab Qala’a qui mène par deb Dar Bouali au célèbre mausolée de Sidi Ahmed Chaoui (XVIIe s.) et à Zneqt Rtal,et nous continuons notre descente vers Oued Rchacha .Nous avons laissé sur la gauche derb Errom remonter vers Zqaq Lahjar.Une grande fontaine sous un préau,un msid et une mosquée semblent s’imbriquer ensemble sur la placette d’Oued Rchacha .Si on continue à descendre en direction de Guerniz,on tomberait sur Jama’a Bouaq,une mosquée de quartier dont les ruines témoignent de son ancienne splendeur .Mais prenons en face la rue qui commence par une chicane puis une ogive et continue Zigzagante et mystérieuse au-delà du coin sombre où se tient l’école coranique et le mausolée de Sid Nali.

Dar Chrifa, dar Adiyel, dar l’Hbous Sghira, dar l’Hbous Kbira, dar Bouali, autant de demeures chargées d’histoire les unes plus que les autres.
Dar Adiyel, une belle maison entièrement restaurée, reprend son ancienne activité en abritant le conservatoire de musique andalouse.
En laissant à droite ‘Aqebt Bensowal qui rejoint le quartier de Rhabt Zbib, nous avons sur la gauche le mausolée de Sid Taoudi Bensouda juste avant le farrane.Nous voilà, après l’arcade sur Zqaq l’Bghal.À angle droit, nous avons l’école Abdelmoumen qui était initialement une prison .On descend Zqaq l’Bghal à gauche jusqu’à zaouïa kettaniyine.

Arrêtons nous devant ce chef-d’œuvre de calligraphie sculptée sur le métal de la porte et sur la finesse de son heurtoir .La rue qui continue face à nous, Sabat Qarradine mène à Guerniz .Laissons-là et descendons à droite sur Qettanine, la rue de la finance et du commerce à l’export .Juste après hammam Ben ‘Abbad et ‘Aqebt Zaraqa à droite, nous avons le grand fondouq Hraïfiyine .Les pompiers de la Médina se tiennent en alerte continue dans une impasse.

À derb el-Berka, à gauche, juste avant le commissariat, ancien siège de la banque du Maroc,il y avait une grande chapellerie traditionnelle de fez ou tarbouche.Derb el-Berka,cette impasse qui s’évase en une placette,est surtout connue pour avoir servi jusqu’au début du XXe s. de podium au commerce d’esclaves.On laisse tout droit Moulay Idriss et Chemmaïne pour prendre à droite Ras Cherratène,une rue très animée où souvent il est difficile de circuler .Autrefois,fondouq Lham recevait le stock de viande des abattoirs de Chouwara pour le pesage et la distribution ;aujourd’hui,Ras Cherratène est une rue du shopping où se cottoient les traditions et les dernières modes.
Ne ratons pas dans la bousculade la visite de la medersa Cherratène .Un autre fondouq, une des premières pharmacies de Fès, un msid à escalier au dessus d’une charmante fontaine sont autant de lieux à ne pas manquer.

A bout de la rue, sur la gauche , il y a à peine trois ans,des «qbaybiya»,fabricants de seaux en bois,étaient encore en activité .On laisse Bab Sensla à droite que l’on reprend après un détour par Sekkakine,la ruelle où on fabrique et aiguise à la meule les couteaux à manche en bois ou en corne et où on répare les vieilles carabines de fantasia .On revient sur Bab Sensla face à la boutique où trônait Omar Chaffage(le marchand des beignets,monument des années cinquante-soixante) et on remonte pour rejoindre à gauche Rhabt Zbib(place des raisins secs).Mais auparavant,chez «Boulahya»,la minuscule gargotte sur Bab Sensla,propre et conviviale,est un lieu où on peut déjeuner à la va-vite. Rhabt Zbib est pittoresque avec ses ruelles à arcades,la façade des latrines et une des portes de jama’ Rcif .Nous allons revoir la porte principale de la mosquée Rcif au terme de notre promenade .Si on fait attention,et surtout si on peut la visiter,on se rend compte que jama’ Rcif est en escalier .Rhabt Zbib change de visage :le matin s’y tient un marché aux puces très animé alors que l’après-midi,c’est une place calme où les vieux se prélassent en attendant l’appel du muezzin.

Nous pouvons en dévalant les marches de la ruelle qui jouxte la mosquée se retrouver devant Bab Rcif et terminer là notre promenade .Mais nous ne verrons ni Jama’ l’Hout à l’angle de derb Sidi M’hamed Bellafqeh et Rhabt Tbane (place des balles de foin) ni Jama’ Zellij au début de Rcif .La mosquée l’Hout (des poissons) est dépourvu de minaret tandis que la mosquée Zellij (des céramiques) a un petit minaret surmonté d’une pyramide carrée à tuiles vertes.

Sur derb Sidi M’hamed Bellafqeh nous laissons des rues et des impasses célèbres pour leurs belles demeures : derb Benchlouh, derb Bni’adès, Rcham La’youn…
Nous sommes dans le vallon formé par l’oued recouvert .En longeant le muret jonché des étalages de marchands de fruits et de légumes à même le sol, nous arrivons à Rcif (le quai).Les maigres étalages du début de la rue deviennent de plus en plus achalandés jusqu’aux bouchers et aux poissonniers.
Nous quittons cet univers en escaladant les marches de Bab Rcif, donnant le dos à la majesté du monument de Jama’ Rcif .Nous voilà sur la place Rcif, fin du parcours .Nous rentrons !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>