DE SALAJ AU MUSEE BATHA PAR BAB MAHROUQ ET JNANE-SBIL

Cette promenade a la particularité de commencer et de se terminer au même endroit .Si on vient de la ville-nouvelle, on prend le boulevard Allal Fassi jusqu’à sahat Batha, devenue place Ahmed Mekouar.

Sur cette place, donnent la bibliothèque du musée Batha, dar Mekouar ou Jbena-Benjelloun, dar abadi maison d’hôtes,et un hôtel .Autrefois sur le cote gauche,se tenait le fameux café de Moulay Ahmed Nabba qui par la suite a donné son nom,nabba ,à tous les «bouis-bouis».

Prenons par Salaj, face à la bibliothèque ou se trouve une antenne de l’Institut Français.
À gauche,nous prenons Zerbtana pour déboucher sur Tala’a Sghira .Laissons Zerbtana continuer à droite avec ses beaux Riad ,dar Lahlou maison d’hôtes,et autrefois le premier hôpital de la ville devenu école primaire.

Face à nous, dans Tala’a Sghira, nous avons dar Rkhami Berrada, un des plus beaux Riad de ce quartier .On remonte Tala’a Sghira à gauche en direction de Bab Boujloud.Un arrêt s’impose devant la belle fontaine à proche et Jama’ Abou el-Hassan le mérinide, juste en face de derb Tariana où se trouve dar Tahri, une autre maison d’hôtes .Tout de suite après la mosquée Abou el-Hassan,son magnifique porche et son beau minaret,arrêtons-nous devant la porte secondaire de la medersa Bouanania qui nous donne une idée splendeurs de l’intérieur .

Au bout de Tala’ Sghira, après le hammam et la petite fontaine, trône le légendaire cinéma Boujloud à l’angle de derb Serrajine et derb Douh .Le tronçon de Tala’ Sghira que nous venons de remonter est aussi un croissement de plusieurs impasses où se cachent, et le verbe est bien à sa place, de merveilleux Riad comme dar Beni’aich.

On continue tout droit dans derb Serrajine et ses restaurants pour déboucher sur l’agréable place du même nom avec sa kessaria et ses café sur l’esplanade, face à Bab Boujloud côté faïences vertes .
Nous pouvons nous rafraîchir en hauteur sur la terrasse d’un café ou nous attabler dans un des restaurants.

Ne sortons pas par Bab Boujloud, engageons-nous à droite puis remontons Sellaline à gauche où vient buter Tala’ kbira, la plus importante artère de la Médina. Sellaline est une rue-marché ou les étalages de fruits et légumes encombrent le passage .Elle remonte les remparts qui renferment kasbah Nouar .Arrêtons-nous devant Bab Chorfa, la porte monumentale de cette kasbah .Puis plus haut, toujours sur Sellaline, qui devient un véritable marché aux puces, Bab Mahrouq, l’immense porte coudée aux nombreux arcs, nous barre la route. Au-delà, nous avons les cimentières et la nouvelle gare routière.

Retournons pour nous engager à droite sur l’immense place Baghdadi qui n’a rien à envier à jama’ el-Fna de Marrakech .Nous nous dirigeons sur Jama’ Boujloud, la mosquée où les souverains assistaient, après leur intronisation, à leur première prière du Vendredi .Puis remontons en longeant les remparts vers le collège Moulay Idriss, véritable pépinière de la majeur partie de l’élite marocaine du XXe s.

On continue vers l’avenue des Français en laissant à gauche Bab Chems.Le parc de Jnane-Sbil, qui a inspiré beaucoup de poètes, était le lieu privilégie des rencontres amoureuses…et des retraités .Le parc est agréable : une véritable bambouseraie et des arbres de différentes essences .il y avait aussi une noria, le support de son axe est toujours là pour rappeler sa présence et celle de plusieurs bras d’Oued Fès .Plus loin, on peut observer les vestiges d’un immense bassin asséché.

Quittons le parc par Borj Cheikh Ahmed pour sortir sur une place ou il y a à gauche, en longeant la muraille sans la quitter, le palais des Hôtes avec une nouvelle et belle porte.
Prenons à droite l’avenue de l’Unesco,laissons face à nous Bab Riafa avec ses vitraux illuminés le soir,et descendons vers le quartier Campegny en longeant la muraille du palais .À notre droite ,l’ancien siège du Pacha Tazi ,devenu dar qadi (tribunal) puis commissariat.

Nous sommes dans la rue du Musée .Dans les jardins de la préfecture de la Médina, nos maîtres artisans se sont surpassés dans l’édification d’une nouvelle fontaine murale en zellij sous une merveilleuse coupole .En face, le musée Batha où fut signé le protectorat en 1912.D’abord prenons le temps de visiter ce véritable palais arabo-mauresque,avant d’admirer tout ce qu’il renferme .N’oublions pas d’approcher le minbar,la chaire de la medersa Bouanania .Au fond de ce palais,où autrefois s’étaient installés les studios de la radio régionale de Fès et un atelier de dessin dirigé par chrif Kadri,se trouve actuellement la bibliothèque.
En quittant le musée et en descendant la rue, nous débouchons sur notre point de départ : la place Batha.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>